Nargols

Alors que les deux figures emblématiques du Monde Magique ont perdu la vie, les Aurors ainsi que les Mangemort continuent de s'affronter sans vergogne dans une lutte enragé pour le pouvoir trop peu tempéré par l'Ordre. Et toi, dans quel camp te situes-tu?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Trahison et désillusion.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Bella Serpe
Admin
avatar

Messages : 642
Date d'inscription : 08/12/2013
Age : 22
Localisation : Poudlard / Manoir Serpe

Feuille de personnage
Âge du personnage : 20 ans.
Caractère du personnage:
Capacité magique: Occlumens & Fourchelang.

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Sam 21 Juin - 14:23

Alors que le jeune homme se contentait de subir le sort avec douleur, il retint un gémissement de douleur sachant que cela n'aurait fait qu'empirer les choses. Gardant les mâchoires scellés, il ferma les yeux sous les soubresauts qu'il ne pouvait contenir quand enfin la douleur cuisante qui parcourait chacun de ses muscles, s'acheva enfin. Il releva fièrement la tête après cette petite séance désagréable, ne laissant aucune trace de faiblesse se lire sur son visage, seul ces yeux brillaient encore. Toutefois, il resta à genoux alors qu'il vit sa supérieur s'approchait de lui, baguette toujours en main:

- Oui, Madame, se contenta-t-il de répondre d'un ton rauque.

Face à la question de la jeune femme, Orfeo ne put que détourner le visage avant de lui répondre, tout en connaissant déjà sa réaction:

- Non... Monsieur Heartfield dirige les troupes présentes su...

N'ayant même pas le temps d'achever sa phrase, Orfeo sentit déjà s'abattre sur sa joue la main de sa supérieur. Gardant les yeux clos, il attendit d'entendre la sortie de la jeune femme pour les rouvrir. Alors qu'un léger soupir s'échappa de ses lèvres il plaça sa propre main sur la joue rougit par le coup, lorsqu'il vit Euridice lui tendre sa main. Sans un mot, il l'attrapa néanmoins avec gratitude avant de se relever difficilement, puis garda les yeux tourné vers le vide n'appréciant guère d'avoir été le jouet de sa supérieur devant les autres.


Quittant le dernier couloir des cellules d'un pas fière, Annabella ne décolérait pourtant toujours pas, et devait se faire violence pour ne pas retourner sur ses pas et infliger à nouveau des tortures sans fin à son lieutenant qui n'avait pas su faire preuve de jugeote même si au fond d'elle, elle savait qu'Egone avait dû y dire son mot.

La jeune chef posa sa main sur la rambarde de l'escalier en colimaçon, puis grimpa les marches deux à deux avant de débouler dans un nouveau couloir. Peu à peu, elle retraçait le chemin qu'elle avait emprunté avec Benjamin, excepté que les cellules étaient à présent vide. Un sourire se dessina sur ses lèvres quand elle songea à la réaction de Kendrä Storm lorsque la nouvelle lui parviendrait.

Remontant enfin jusqu'au milieu de la tour dite imprenable, Annabella était tellement emprise dans les méandres de sa rage, qu'elle ne nota pas l'embuscade que lui tendirent les chefs de sections du clan adverse présents. La jeune chef n'eut que le temps d'entendre que l'on hurlait un sort à son adresse avant de se retrouver à heurter violemment le mur dans un hurlement de douleur. Elle retomba sur le sol, au milieu des gravas qui lui firent une entaille profonde au niveau du front, lâchant sa baguette qui alla glisser jusqu'à l'autre bout de la salle.

Lorsque la jeune femme reprit ses esprits, elle eut du mal à retrouver sa respiration encore coupé par le choc contre les dalles froides, et sentit une vive brûlure qui s'étendait dans tout son bras. Se relevant difficilement, son bras valide appuyé contre le mur, elle jeta un œil à son bras marqué qui se retrouvait tailladaient de toutes parts. Laissant sa tête reposait quelques secondes contre le mur poisseux, elle vit avec difficulté les aurors fondre sur elle, n'ayant qu'à peine le temps d'incanter un stupéfix à l'adresse général qui les repoussèrent. Puis elle passa une main sur son front d'où le sang coulait pour se répandre sur sa paupière.

_________________

Admin

• Baguette: Roseau et sang de dragon 36 cm. Baguette capable d'utiliser la spiritualité comme une arme, symbole de la victoire dans le chaos. Puissante pour les sortilèges offensifs. •
Revenir en haut Aller en bas
http://nargols.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Sam 21 Juin - 16:46

Alors qu'Orfeo attrapait finalement sa main pour se relever, la jeune femme, sentant son malaise, ne tergiversa pas et sourit à Benjamin.

- C'est bon de te revoir, lui dit-elle avant d'aller à sa rencontre, les bras grand-ouverts.


Voyant Euridice venir enfin vers lui, Benjamin afficha un grand sourire avant de la serrer fortement dans ses bras.

- Tu n'imagines même pas ! dit-il en prenant une profonde inspiration. Enfin... je suis quand même déçu..., finit-il par dire.


Arquant un sourcil, la jeune femme releva vivement la tête et s'écarta de lui pour mieux le regarder.

- Déçu ? Comment ça ?


L'attrapant par une épaule, il l'amena contre lui afin de la faire marcher à ses côtés.

- Oui... vous ne m'avez même pas laisser un peu de temps pour jouer avec mes nouveaux amis les détraqueurs !


Une réplique ironique à laquelle Euridice leva les yeux au ciel.

- D'accord, soupira-t-elle. Je prendrai ça comme un remerciement !

Soupirant légèrement, la jeune femme finit par sourire et s'avança jusqu'à la porte.

- Allez, il est temps de remonter maintenant...


Alors que le trio s'avançait rapidement dans les couloirs d'Azkaban, pressés de sortir de ce trou à rats et d'enfin pouvoir en finir au plus vite, la rumeur d'un combat tout proche parvint jusqu'à eux.

- Vous avez entendu, murmura Euridice qui avait soudainement levé un bras en l'air pour les faire s'arrêter.

- Annabella..., murmura Benjamin, le regard fixe.

N'attendant pas une seconde de plus, ils démarrèrent en trombe pour la retrouver au plus vite. Fort heureusement, au détour d'un long couloir, ils tombèrent finalement sur la jeune femme visiblement déjà blessée et acculée contre un mur par ses adversaires en supériorité numérique.

Hors de lui, le jeune homme se dirigea vers eux, baguette tendue.

- Sectumsempra !


Voyant la jeune cheffe appuyée contre le mur, son visage ensanglanté ainsi que les entailles sur son corps frêle, le sang d'Euridice ne fit qu'un tour.

- Episkey ! lança-t-elle rapidement en sa direction avant de s'en détourner pour aider Benjamin à faire face aux Aurors.
Revenir en haut Aller en bas
Egone Heartfield
Préfet de Gryffondor
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 30/12/2013

Feuille de personnage
Âge du personnage : 17 ans
Caractère du personnage:
Capacité magique: Capable de voir les sombrales

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Sam 21 Juin - 20:11

Egone ordonna aux détraqueurs de se mettre en position de sécurité puis il se tourna vers quelques hommes ne daignant pas regarder les corps vidées de leur âme de ses ennemis.

« Dégagez ces corps, ils me dégoûtent. » ordonna-t-il.
Sans même voir des sorciers s'occuper de jeter les corps dans le vide, le préfet se tourna vers l'ouverture au milieu du toit. Bella, Benjamin, Euridice et Orféo n'étaient toujours pas de retour et cela ne le rassurait pas. Rien ne lui permettait de savoir si cela allait ou non et le Gryffondor savait qu'en cas de soucis, sa supérieur n'allait pas l'appeler vu qu'elle était inquiète de son état...

Il soupira. Egone s'apprêta à donner de nouvelles directives lorsqu'une étrange douleur s'empara de son omoplate gauche, là où était gravé la marque. Il venait d'arriver quelque chose à Bella.

« Vous tous, préparez vous à combattre les détraqueurs si je ne reviens pas à temps !» s'exclama-t-il d'une voix forte qui couvrait les différentes discussions.

« Cave Inimicum... » lança le préfet afin de s'assurer de savoir si des ennemis débarquaient sur le toit même si lui n'était pas là. D'un geste du bras, il attira deux détraqueurs avec lui, afin d'assurer le coup. Fort heureusement, la marque signalait que l'endroit était à quelques pas d'une balise qu'il avait installé. Egone rejoignit l'endroit en un instant mais juste derrière les ennemis et il eut tout juste le temps de voir Benjamin lancer un sort.

« Aveda Kedavra ! » pesta le mangemort en visant un autre Auror.
Il ordonna presque aussitôt à un des détraqueurs d'achever l'Auror attaqué par Benjamin avant qu'un autre Auror lui vienne en aide.

Egone leva les yeux avant de voir finalement Bella de l'autre côté, soignée par Euridice...
Revenir en haut Aller en bas
Bella Serpe
Admin
avatar

Messages : 642
Date d'inscription : 08/12/2013
Age : 22
Localisation : Poudlard / Manoir Serpe

Feuille de personnage
Âge du personnage : 20 ans.
Caractère du personnage:
Capacité magique: Occlumens & Fourchelang.

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Sam 21 Juin - 20:44

Une fois sur pied, il se détourna et sorti de la pièce pour s'adosser tranquillement aux montants de la porte, laissant ainsi les deux amis savourer leurs retrouvailles tant qu'ils le désiraient. Peu après, ils les vit sortir, accoudés l'un à l'autre. Le jeune homme se garda de faire le moindre constat, et les suivit derrière sans oser élever la voix, ne voulant pas s'immiscer dans cette conversation si intéressante.

Alors qu'ils entendaient déjà des bruits de combats au dessus d'eux, le jeune homme ressentit une douleur fulgurante dans son avant-bras dont il ne pu retenir un gémissement. Se hâtant de relever sa manche, il vit la marque comme il ne l'avait encore jamais vu, scindé en deux. Il ne lui fallut que peu de temps pour deviner que le combat qu'ils entendaient opposé la jeune femme aux aurors vu récemment, et elle n'avait visiblement pas l'avantage.

Malgré le fait que l'égo du jeune homme était encore blessé, il n'allait pas laisser sa chef perdre la vie alors qu'elle les avaient déjà sauvés nombre de fois. Le jeune lieutenant ne se soucia guère de pousser Benjamin avant de lui passer devant en courant, et se placer devant sa chef vivement lorsqu'il eut atteint la pièce.

- Je savais bien que vous alliez poser problème, lâcha amèrement le jeune homme avant de se joindre à Benjamin tandis que sa supérieur était dans les mains expertes d'Euridice.


Ayant repousser avec difficulté ces adversaires, Annabella tentait de fuir le combat lorsqu'elle vit auprès d'elle une tête qui lui semblait familière, suivit de deux autres dont elle reconnu immédiatement la voix énervé de Benjamin. En colère contre elle même dû au fait qu'elle s'était faite avoir bêtement, elle vit son amie se pencher vers elle. En peu de temps, elle sentit une vive chaleur suivit d'un froid glacial qui s'insinua le long de son bras, avant de refermer les plaies. Malgré le fait que ces soins n'avaient pas réparé les dégâts causé à sa marque, la jeune femme tourna le visage vers Euridice, la remerciant avant de reprendre une respiration convenable.

Tout en regardant les combats qui s'étaient engagés entre les deux hommes, et leurs adversaires, la jeune chef fut horrifié de constater que sa baguette n'était plus en sa possession. Balayant rapidement le couloir du regard, elle vit son second débarquer vivement, ayant sans doute ressenti la scission de la marque. Annabella ne put réprimé un léger soupir quand à le ténacité du jeune homme, néanmoins elle ne mentirais pas en avouant que son arrivé la soulageait. Reprenant ses recherches, elle nota la présence de sa baguette qui avait glissé jusqu'à l'autre bout de la pièce, derrière les traîtres.

- Je vais me les faire ces bâtards, lâcha-t-elle à l'adresse d'Euridice avant de se relever comme elle le pu, maintenant son bras blessé encore endoloris avec celui valide.

Après cette jolie remarque, Annabella s'appuya contre les parois pour se déplacer, tentant de récupérer sa baguette et d'enfin leur mettre la raclée qu'ils méritaient.

_________________

Admin

• Baguette: Roseau et sang de dragon 36 cm. Baguette capable d'utiliser la spiritualité comme une arme, symbole de la victoire dans le chaos. Puissante pour les sortilèges offensifs. •
Revenir en haut Aller en bas
http://nargols.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Sam 21 Juin - 21:47

Face aux Aurors, la jeune femme ne pu s'empêcher de sourire en voyant débarquer Orfeo à son côté.

- Est-ce que j'ai votre feu vert mon lieutenant, demanda-t-elle ironiquement en faisant référence aux événements qui avaient eu lieu un peu plus tôt.

D'un coup de baguette magistral, elle ouvrit un duel serré avec l'un de ses anciens collègues auquel elle envoya plusieurs sortilèges d'affilée qu'il esquiva tous en grande partie, reculant chaque fois un peu plus. Le regard noir, elle se concentra davantage pour contrer les sortilèges informulés que celui-ci ne tarda pas à renvoyer prestement, reprenant l'avance dont elle venait de faire l'acquisition.

- Bien..., toujours aussi coriace à ce que je vois ! Seulement, je n'ai pas vraiment le temps de m'occuper de toi ! répliqua-t-elle en lui lançant un puissant sortilège qui l'éjecta contre le mur d'en face.


A peine son premier sortilège lancé que l'ancien chef de section enchaîna rapidement avec d'autres sortilèges que son adversaire contrait avec plus ou moins d'aisance.

- Wah ! T'as vraiment fait des progrès l'ami ! lâcha-t-il en faisant mine d'être réellement étonné.

L'Auror, fulminant, connaissait parfaitement bien le don que l'ancien chef de section Cauderlier avait pour mettre ses adversaires au tapis après les avoir fait tourner en bourrique et ainsi perdre leur sang froid. Aussi, c'est en connaissance de cause qu'il essaya tant bien que mal de se calmer.

- Enfin, surtout depuis que vous vous entraînez à du six contre un, n'est-ce pas ? ajouta-t-il en forçant un sourire parfaitement ironique.

De rage, il ferma les yeux quelques secondes avant de répliquer comme une furie. Une véritable aubaine pour le jeune homme qui voyant la garde de son adversaire se mettre à fondre comme neige au soleil, en profita pour lui offrir l'illusion qu'il perdait du terrain et qu'il n'arrivait plus à suivre le rythme. Et, sans crier gare, alors qu'il se mettait à répéter les mêmes mouvements au même rythme, Benjamin frappa pile au bon moment.

- Expelliarmus ! s'écria-t-il en récupérant la baguette de l'Auror. Expelliarmus Incarcerem !

Le corps de son ancien collègue fut projeté en arrière et heurta l'arête des pierres qui formaient l'ouverture du passage vers le couloir. Presqu'aussitôt, il fut saucissonné de la tête aux pieds par de puissants liens qui l'empêcheraient de faire quoi que ce soit.

- Et de deux ! s'exclama-t-il en voyant un des détraqueurs se diriger vers lui pour s'en charger.

C'était un spectacle qu'il ne désirait ni entendre ni voir aussi détourna-t-il son visage avant de briser la baguette de ce dernier.

- Au revoir, murmura-t-il avec une pointe de regret.

Après tout, c'était tellement pathétique de finir comme cela pour d'aussi mauvaises raisons ! Le regard absent, il remarqua aussitôt qu'Annabella essayait tant bien que mal de s'interposer dans les combats alors qu'Euridice menait promptement son duel. N'ayant pas de grandes inquiétudes à son égard, il se dirigea prestement vers la mère de son fils.

- Où tu crois aller comme ça..., demanda-t-il en arrivant à son côté pour s'interposer entre les combats et elle. Et où est ta baguette, demanda-t-il incrédule en la cherchant du regard alors qu'elle continuait d'avancer.

Alors qu'il la repérait un peu plus loin, Benjamin souffla :

- Accio !

La récupérant habilement, il la tendit à la jeune femme doucement avant d'observer son visage d'un air inquiet. D'un doigt, il releva son menton pour la regarder dans les yeux. Éloignant les quelques mèches de cheveux qui cachaient son visage, il prit le revers de sa manche et essuya doucement le sang qui s'était écoulé de son front. C'est à ce moment précis qu'il se rendit compte que son cœur battait à tout rompre. Il n'aurait jamais su l'admettre mais il avait de nouveau eu peur de la perdre. Sans réfléchir davantage, il l'amena doucement contre lui, posant sa joue sur le dessus de sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Egone Heartfield
Préfet de Gryffondor
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 30/12/2013

Feuille de personnage
Âge du personnage : 17 ans
Caractère du personnage:
Capacité magique: Capable de voir les sombrales

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Sam 21 Juin - 22:36

Egone avança d'un pas dans l'idée de rejoindre Bella qui était mal en point, mais un nouvel adversaire voulait l'affronter visiblement. Ne s'attendant pas à ce qu'il se retourne, le préfet se retrouva désarmé de sa baguette, car il n'était pas totalement désarmé. Le second détraqueur fondit sur l'Auror qui tenta de le repousser à l'aide de son patronus tandis que le Gryffondor récupérait rapidement sa baguette retombée un peu plus loin.

« Sectumsempra ! » s'exclama-t-il après avoir rapidement visé son adversaire trop occupé à repousser les avances de l'ombre. Ne perdant pas une seule seconde, Egone visa par la suite le dernier Auror encore debout, énervé.

« Expelliarmus, glacius !» pesta-t-il.
Ce sort eut pour effet de gelé quasiment entièrement l'Auror sous la colère jusqu'à la base de la nuque. Le mangemort attira les deux détraqueurs d'un geste de la main.

« Bon appétit .»
Sur ces mots, il donna un violent coup de pied dans la glace, pour la briser tandis que les détraqueurs se jettaient sur l'ennemi. S'époussetant bien rapidement, Egone avança jusqu'à Bella, le point qu'il voulait atteindre à la base.

« Ça va aller ? » s'enquit son second ne voyant que faire d'autre pour sa supérieur vu qu'Euridice s'était déjà occupée d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Bella Serpe
Admin
avatar

Messages : 642
Date d'inscription : 08/12/2013
Age : 22
Localisation : Poudlard / Manoir Serpe

Feuille de personnage
Âge du personnage : 20 ans.
Caractère du personnage:
Capacité magique: Occlumens & Fourchelang.

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Dim 22 Juin - 13:29

Alors qu'il vit d'un bref coup d’œil, la jeune chef se rapprochait de lui pour engager son propre combat face à un de ses anciens collègues, il ne put que rire face à la répartie de la jeune femme. Relevant à son tour sa baguette, il engagea le combat contre le partenaire de l'adversaire d'Euridice, lançant lui aussi de multiples sortilèges tous plus inefficaces les uns que les autres étant donné la rapidité avec laquelle son ennemi les déjouait.

Contrant à son tour un sortilège parasite, il le renvoya sans plus attendre à son adversaire qui s'effondra à terre en se maintenant la jambe dont l'os brisait, ressortait de la chair. S'approchant un peu plus près, il pointa sa baguette sous la gorge de l'homme:

- Fais de beaux rêves, lâcha-t-il avant de l'envoyer à son tour se faire achever par les détraqueurs, tout en rejoignant Egone et sa supérieur.


Faisant abstraction des combats qui se déroulaient autour d'elle, la jeune femme ne quittait pas son objectif des yeux, sachant que ses quatre acolytes n'auraient aucun mal à en finir avec les chefs de sections. Toujours appuyé contre le mur, la jeune chef y était presque arrivé lorsqu'elle fut stoppé dans son chemin par un jeune homme qui se planta devant elle. Relevant le regard, elle soupira lorsqu'elle entendit la voix réprobatrice de Benjamin:

- Leur faire mordre la poussière, répondit-elle en serrant les dents tout en pointant du doigts don objectif qu'elle comptait bien obtenir.

Après tout, s'ils croyaient s'en tirer aussi impunément, ils se trompaient lourdement sur le compte de la jeune femme. Elle comptait bien les réduire à néant un à un même si pour cela, elle devait souffrir elle-même. Cependant, elle n'eut pas besoin de faire grand effort car elle vit rapidement le jeune homme lui tendre doucement sa baguette, qu'elle attrapa de son bras gauche sachant qu'elle ne pouvait pour le moment plus utiliser le droit. Cette fois-ci, Annabella tint fermement sa baguette, lorsqu'elle senti que Benjamin lui relevait le menton:

- Merci, murmura-t-elle avant de le voir lui retirer quelques mèches qui s'étaient glissé devant ses yeux puis d'essuyer le sang qui avait coulé. Je crois qu'on ne tiendra jamais jusqu'à la fin du film..., lâcha-t-elle avec un petit sourire.

Alors que quelques secondes auparavant, elle regardait le jeune père dans les yeux, la jeune femme ne vit bientôt plus que son torse avant d'avoir la vision complètement caché. Ne cherchant pas à sortir de son étreinte, Annabella passa doucement un bras autour du cou du jeune homme avant de caler à son tour son visage contre l'épaule de ce dernier. Voyant bientôt son jeune bras droit se poster à ses côtés, elle rouvrit ses yeux avant de répondre:

- Ça irait mieux je ne m'étais pas faite avoir aussi bêtement, lâcha-t-elle amère, s'en voulant toujours. Attend que je me déplace moi-même au Ministère, ils feront moins les malins, conclut-elle avec haine.

_________________

Admin

• Baguette: Roseau et sang de dragon 36 cm. Baguette capable d'utiliser la spiritualité comme une arme, symbole de la victoire dans le chaos. Puissante pour les sortilèges offensifs. •
Revenir en haut Aller en bas
http://nargols.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Dim 22 Juin - 16:52

Alors qu'Orfeo finissait de s'occuper de son adversaire, Euridice s'avança calmement vers le sien. Ce dernier emplit d'une rage sourde mais palpable, se relevait lentement en prenant appui sur les pierres froides et poisseuses du mur contre lequel il venait de se heurter.

- Prêt ? lui demanda-t-elle avec impatience alors qu'il se redressait complètement.

Le regard qu'il lui lança semblait on ne peut plus hargneux et elle pu même y déceler, non sans un frisson, toute l'étendue de sa volonté de lui faire payer. Se dressant de toute sa hauteur comme pour la toiser, il fit fièrement quelques pas vers elle avant de lui faire face.

- Prêt, répondit-il avec une flamme de détermination dans le regard.

Enserrant fermement sa baguette, il se mit à incanter des sortilèges plus rapides les uns que les autres. Les contrant du mieux qu'elle le pouvait, Euridice finit par prendre le dessus, profitant de ce qu'elle l'avait touché plus tôt, pour le rendre encore plus confus.

- Incarcerem ! s'écria-t-elle en ficelant son adversaire.

Malheureusement pour elle, il s'en débarrassa presqu'aussitôt, répliquant par un violent "expelliarmus" qui l'éjecta plus loin. Alors que la jeune femme heurtait le sol, elle profita de sa glissade pour le pétrifier.
Quelques secondes suffirent seulement pour que les détraqueurs n'en fassent leur repas.

Son combat terminé, les Aurors exterminés, Euridice fut soulagée de constater que l'incident venait d'être parfaitement contrôlé. Reprenant son calme petit à petit, elle se dirigea doucement vers ses amis mais se tint légèrement en retrait, espérant laisser encore un peu de répit à Annabella qui semblait avoir trouvé refuge auprès de Ben. Souriante, elle préféra aller s'accouder un peu plus loin pour garder un œil sur la sortie.



Étreignant toujours Annabella, il se contenta de sourire à sa remarque, sentant qu'elle
se blottissait davantage contre lui. C'est alors qu'il nota l'arrivée d'Egone dont l'inquiétude palpable sembla même s'imprimer dans le ton qu'il emprunta pour s'adresser à sa supérieure. Cette dernière, toujours en colère se contenta de lui répondre d'un ton amer.

- Un peu de repos peut-être..., souffla-t-il. Surtout avant de tenter quoi que ce soit, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Egone Heartfield
Préfet de Gryffondor
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 30/12/2013

Feuille de personnage
Âge du personnage : 17 ans
Caractère du personnage:
Capacité magique: Capable de voir les sombrales

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Dim 22 Juin - 17:28

Egone détailla Bella puis Benjamin sans dire un mot. Il se contenta de lancer un revigor à sa cheffe, espérant que cela suffirait pour le moment malgré que ses sorts commençaient à manquer de puissance. Il se retourna croisant Orféo du regard et avança de quelques pas, tout en observant Euridice qui s'était posté un peu plus loin.

« Je me permet de prendre les commandes de cette fin de mission. » annonça-t-il avant de jeter un coup d'oeil vers Bella. Le Gryffondor vérifiait en même temps et grâce au sort jeté un peu plus tôt sur le toit, que la voie était libre. Alors qu'il voulut dire que la voie était libre, des Aurors avaient débarqué, beaucoup plus nombreux. Il fronça les sourcils.

« Nous sommes attaqués en haut, dit-il. J'ai balisé l'endroit, nous pouvons transplaner directement sur le toit mais préparez vous au combat. »

Sur ces mots, il transplana directement sur le toit, ne souhaitant pas que le toit soit regagné par l'ennemi et rendant leur retour plus compliqué. Egone remarqua les détraqueurs avaient commencé à attaqué la pluplart des Aurors, mais d'autres avaient passé la ligne de défense pour s'attaquer aux Mangemort et aux membres de l'Ordre.

« Éliminez les tous ! » s'exclama le second qui commençait à en avoir marre, il savait bien sur que c'était ce que ses troupes allaient faire.
Etaient-ils vraiment tous stupide ? Il s'approcha d'un Auror qui venait tout juste de passer la barrière de détraqueur avec quelques difficultés. Il tendit sa baguette d'un geste vif.

« Je ne Stupideçois pas vos méthodes déloyales. » siffla-t-il avant de tout simplement faire exploser le corps de l'Auror sans qu'il ne s'y attende avec un confrigo, rependant ses entrailles sur le sol ainsi que son sang et diverses choses comme un bras, ou un oeil.
Revenir en haut Aller en bas
Bella Serpe
Admin
avatar

Messages : 642
Date d'inscription : 08/12/2013
Age : 22
Localisation : Poudlard / Manoir Serpe

Feuille de personnage
Âge du personnage : 20 ans.
Caractère du personnage:
Capacité magique: Occlumens & Fourchelang.

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Dim 22 Juin - 19:37

Une fois qu'il en eut terminé avec son adversaire, Orfeo observa les mouvements d'Euridice, jusqu'à la voir se mettre en retrait de ses deux amis, ce qui le surpris quelque peu. Il s'approcha alors d'elle, et s'accouda à son tour contre une poutre qui se trouvait là avant de tourner son visage vers la jeune femme:

- Pas très câline à ce que je vois, lâcha-t-il avec un petit sourire en coin avant de croiser les bras. Tant que j'y pense... Plutôt pas mal pour une jeune femme, se moqua-t-il gentillemment avant de gratifier la jeune chef d'une pichenette sur le bras.

Alors qu'il comptait bien obtenir un sourire de la jeune femme, il vit son supérieur hiérarchique faire quelques pas vers lui, le forçant aussitôt a adopter une posture plus convenable tandis qu'il écoutait avec attention ses instructions. Fronçant les sourcils quand à l'annonce de sa subite prise en main de la mission, Orfeo n'eut pourtant pas le loisir de pouvoir le contredire, sachant pertinemment qu'Annabella lui donnerait raison.

- Bien, chef, se contenta-t-il de répondre tout en hochant la tête en signe d'acquiescement bref.

Néanmoins, la seconde affirmation du jeune homme lui déplu fortement, aussi ne pu-t-il retenir un grincement de dents en songeant que ces parasites ne les lâcheraient vraiment jamais. Relevant aussitôt la tête, il se détacha du mur avant de poser une main sur l'épaule d'Euridice:

- Je crois qu'en fait, ils nous adorent, preuve en est qu'ils ne peuvent pas se passer de nous, dit-il en haussant légèrement les épaules avec un air faussement navré.

Jetant un coup d’œil à sa supérieur, il n'aimait pas réellement l'idée qu'elle soit en compagnie d'un ancien auror, mais après tout, elle semblait lui donnait son entière confiance. Lâchant un petit soupir, il suivit le jeune second et transplana en première ligne en haut du toit, reprenant sa baguette en main afin de libérer le passage pour les autres:

- Messieurs, à qui l'honneur, lâcha-t-il défiant avec une pointe d'ironie dans la voix avant de se lancer à son tour dans le combat. Diffindo !

Aussitôt, la peau de l'auror qui se trouvait en face du jeune homme commença à se lacérer de toute part, le laissant se vider petit à petit de son sang.


Laissant reposer son crâne sur l'épaule du jeune homme, Annabella observait ce qui se passait autour d'elle avec une certaine lassitude, ces combats commençaient sérieusement à lui donner une bonne migraine. Rendant son attention à son second, un sourire étira lentement ses lèvres lorsqu'elle sentit une chaleur s'emparait de ses muscles et se répandre dans tout son être, sourire qui fut vite effacé en entendant la remarque d'Egone.

La jeune chef sentit ses mâchoires se scellaient une fois encore, une nouvelle vague de chaleur fit monter en elle la colère, serrant davantage son poids autour du vêtement du jeune homme:

- Je n'aurais aucun repos tant que ces chiens vivront, cracha-t-elle avec haine avant de se détacher de Benjamin. Ce sont mes hommes, c'est à moi de les mener à la victoire !

Chancelant brièvement, Annabella s'accrocha un court instant au père son enfant puis se remit debout, certaine de ses paroles. La jeune femme ne doutait pas qu'il était temps d'en finir avec cette bataille qui n'avait visiblement pas de fin. Enserrant fortement sa baguette, la jeune femme sentit ses ongles rentraient dans sa peau tandis qu'elle relevait les yeux avant d'observer à nouveau ceux de Benjamin:

- A mon tour, lâcha-t-elle avec un grand sourire avant de transplaner à son tour et de rejoindre ses hommes sentant déjà que le sortilège de son second lui avait procuré des forces.

A peine arrivée sur le toit, la jeune chef prit quelques instants pour observer ce qui se déroulait sous ses yeux. Annabella ne perdit pas une seconde avant de reprendre le contrôle de ses troupes à qui elle ordonna de se rapprocher davantage afin de porter une attaque collective. Gardant son bras droit contre sa poitrine, elle releva le second qui maintenait sa baguette:

- Avada Kedavra ! Serpensortia !

Tandis que le premier sortilège trouva son chemin jusqu'au cœur du premier auror qui s'approchait alors d'elle, le second fit apparaître une vipère d'Egypte qui obéit instantanément, serpentant jusqu'à un second qu'il mordit vivement, laissant répandre son venin dans son corps qui le tua en à peine une minute.

La jeune femme se détourna et dû se pencher rapidement lorsqu'elle nota derrière elle la présence d'un troisième auror qui comptait la prendre par surprise. Il ne lui fallu qu'une demi-seconde pour employer un sortilège informulé qui fit jaillir de sa baguette une nouvelle vipère qui fut projeté sur le cou de ce dernier, s'enroulant avec vivacité, le serpent resserra son emprise avant de déverser son venin dans ses veines. Dès lors que le serpent fut projeté, la jeune chef se retourna afin de chercher une nouvelle proie.

_________________

Admin

• Baguette: Roseau et sang de dragon 36 cm. Baguette capable d'utiliser la spiritualité comme une arme, symbole de la victoire dans le chaos. Puissante pour les sortilèges offensifs. •
Revenir en haut Aller en bas
http://nargols.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Dim 22 Juin - 21:56

Absorbée dans ses pensées où elle se disait heureuse et soulagée que leur mission se soit finalement si bien déroulée, Euridice contemplait simplement la scène de loin. La tête penchée sur le côté et un demi sourire sur le visage, elle se dit au fond d'elle-même que c'était peut-être l'une des dernières fois où ils se trouveraient ainsi réunis, aussi ne prêta-t-elle pas plus d'attention à l'arrivée d'Orfeo sauf lorsque celui-ci se mit à lui parler. Se contentant d'abord d'acquiescer à sa réplique d'un air absent, elle finit par redescendre sur terre rapidement. Haussant les sourcils, elle tourna lentement sa tête vers lui pour le dévisager lorsqu'il se permit de la narguer.

* Non mais je rêve..., pensa-t-elle l'air amusé. *

- Pardon, demanda-t-elle dans un battement de cils.

Pouffant de rire, elle finit par secouer la tête de gauche à droite, l'air de ne pas y croire.

* Quel culot, j'y crois pas ! *

Une pensée qu'elle ne pu clairement exprimer dans la minute suite aux nouvelles transmises par Egone. Visiblement, ce ne serait pas de sitôt qu'ils pourraient jouir d'une pleine tranquillité! Fronçant les sourcils, la jeune femme se décolla du mur pour se redresser complètement pendant qu'elle observait Egone transplaner auprès de leurs hommes. Alors que le jeune lieutenant, lequel quelques secondes plus tôt s'était hâté de reprendre une attitude plus adéquate, se permit tout de même de dire :

- Je crois qu'en fait, ils nous adorent, preuve en est qu'ils ne peuvent pas se passer de nous.

- Dans ce cas, je suppose que vous ne verrez aucun inconvénient à ce qu'une jeune femme comme moi ne vous accompagne. Je ne voudrais surtout pas que vous vous permettiez de jouer les divas sans moi, répliqua-t-elle dans un grand sourire.

N'attendant pas plus longtemps, la jeune femme s'élança à son tour et atterrit sur les toits. Au milieu de ses soldats, elle se stoppa net pour lever sa baguette au-dessus de sa tête.

- Combattants de l'Ordre, appela-t-elle d'une voix forte qui surpassa le bruit alentour, repoussez-moi cette vermine !

Alors que le reste de ses troupes se dirigeaient comme un seul homme vers les intrus qui persistaient à maintenir leur avancée, la jeune femme se précipita à leurs cotés pour aider à barrer les lignes formées par leurs détraqueurs alliés.



Les nouvelles rapportées par Egone n'auguraient rien de bon pour eux. C'est pour cette raison que Benjamin ne fut pas étonné de voir Annabella recouvrer rapidement sa détermination et son énergie. Ils allaient de nouveau devoir se battre et ils en finiraient ce soir ! Une pensée qui trouva son écho dans les paroles mêmes de la jeune femme.

- Je n'aurais aucun repos tant que ces chiens vivront. Ce sont mes hommes, c'est à moi de les mener à la victoire !

Acquiesçant à ces propos, le jeune homme écarta progressivement les bras pour la laisser tenir debout par elle-même. D'abord chancelante, elle retrouva rapidement un équilibre et une stabilité normales. La voyant ainsi reprendre pleine possession de ses capacités, Benjamin lui adressa un sourire confiant avant de, lui aussi, transplaner pour les rejoindre.

Au milieu de la masse, le jeune homme se trouva d'abord un peu perdu dans le mouvement. Regardant tout autour de lui, il aperçu Egone et Orfeo devant lui qui repoussaient vaillamment les Aurors qui tentaient de passer. Sur sa gauche, il nota la présence d'Euridice qui se démenait avec ses troupes comme une véritable cheffe de guerre. Ce qu'elle n'avait jamais cessé d'être au final, pensa-t-il soudainement. C'est alors que son regard tomba sur Annabella dont les talents de guerrière n'étaient visiblement plus à prouver ! Rassuré et ses marques prises, il se précipita dans la mêlée.



Placée entre deux de ses sous-chefs, la jeune femme essayait de faire barrage en repoussant les tentatives aussi violentes que désespérées, lui semblait-il, des derniers Aurors encore sur place. C'est alors que son équipier posté sur sa droite s'effondra subitement, le teint livide et le regard fixe. Les larmes aux yeux, Euridice réprima un cri de rage avant de s'interposer prestement entre la jeune effrontée et le reste de  ses hommes.

- C'est moi que tu veux, demanda-t-elle avec une voix beaucoup trop douce pour s'accorder à son regard enflammé.

La jeune cheffe s'élança alors vers elle en parant chacun de ses coups, son aisance au combat fraîchement renouvelée par cette montée d'adrénaline qui aiguisait tous ses sens. S'approchant avec une facilité déconcertante, la jeune McMillian plaça sa baguette sous la gorge de la jeune femme dont la tête se mit à gonfler de manière disproportionnée. Pendant qu'un hurlement rauque se mettait à sortir de sa bouche difforme, Euridice lui arracha sa baguette des mains avant d'envoyer son corps, tel un vulgaire steak dans les mains avides des détraqueurs situés derrière elle.

- Mauvaise pioche..., murmura-t-elle haineusement.

Se retournant quelques instants, son regard tomba alors sur la surface froide et à présent gris-rouge du toit de la prison. Elle survola d'un regard triste tous les corps inanimés qui le jonchaient et elle eut un brusque haut-le-cœur.

* Il faut que tout ça s'arrête ! *

- Resserrez les rangs !



Le plus dur dans ce combat bizarrement pour Benjamin ne se révéla pas être la fatigue mais bien la rage et la tristesse de se battre contre d'anciennes connaissances. Et, comme pour remuer le couteau dans la plaie, un tout jeune néophyte dont il avait récemment terminé la formation vint lui faire face. Leurs regards se croisèrent, Benjamin reconnaissant la silhouette trapue du jeune officier dont le visage juvénile dénotait tant par rapport à son physique et lui qui le dévisageant avec perplexité. Mais que restait-il de ce grand chef Auror, lui qui a présent ne portait plus que de vulgaires habits de bagnard et qui se battaient aux côtés de Mangemorts et de détraqueurs ? Fronçant les sourcils, il hésita quelques secondes avant de lancer le duel. A contre-cœur, l'ancien Auror se contenta de parer ses coups, cherchant un moyen de le raisonner ou, tout du moins, de le tenir à distance le temps qu'il trouve un moyen de le neutraliser. Mais c'était sans compter le fait que c'était lui qui l'avait formé aussi connaissait-il sa façon de combattre par cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Egone Heartfield
Préfet de Gryffondor
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 30/12/2013

Feuille de personnage
Âge du personnage : 17 ans
Caractère du personnage:
Capacité magique: Capable de voir les sombrales

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Lun 23 Juin - 18:23

Après avoir jeté un rapide coup d'oeil autour de lui, Egone remarqua ses coéquipiers arriver les uns après les autres pour s'élancer dans le combat, qui s'annonçait le dernier de la nuit. Voir Bella, sa cheffe de nouveau d'attaque, le fit sourire et le rassura.
Appréciant la vue du sang pourpre, il ne put s'empêcher de sortir son long poignard prenant sa baguette de l'autre main. Autant massacrer ces Aurors de manière mémorable, afin qu'ils comprennent qu'ils ne devaient pas s'attaquer à eux.

Entre le sang qu'il avait sur lui à cause du corps qu'il avait littéralement fait explosé, les détraqueurs ou encore l'arme en plus de la baguette, Egone effrayait plus d'un Auror. Il en resta tout de même quelques uns qui voulurent tenter le coup. Sans un sourire, il s'avança vers le premier qui lui faisait face.

« Expelliarmus ! »

Ne se souciant guère de sa baguette qui venait d'être récupéré par l'Auror, le mangemort fondit sur son adversaire en instant, lui plongeant la lame de son poignard au niveau de son sternum.

« Je crois que ceci est à moi. »remarqua-t-il en remontant la lame jusqu'à son menton tout en attrapant sa baguette de l'autre main.
Il se retourna vivement avant de lancer un Electro à un Auror qui commençait lancer un sortilège de mort, malheureusement il n'avait pas été assez rapide. Il se retrouva projeté un peu plus loin, tremblant à cause du choc électrique mais bel et bien mort.

Egone souffla et regarda autour de lui. Le sol était couvert de sang, sa deuxième victime avait elle aussi perdu quelques organes, moins que la première qu'il avait fait exploser. L'odeur métallique et acre du sang lui remonta dans les narines et pourtant, ne lui fit rien, du moins pas à lui. Le Gryffondor remarqua quelques regard horrifiés vers lui mais ne s'en soucia guère.
Revenir en haut Aller en bas
Bella Serpe
Admin
avatar

Messages : 642
Date d'inscription : 08/12/2013
Age : 22
Localisation : Poudlard / Manoir Serpe

Feuille de personnage
Âge du personnage : 20 ans.
Caractère du personnage:
Capacité magique: Occlumens & Fourchelang.

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Lun 23 Juin - 19:41

N'ayant eu aucune difficulté à maîtriser le premier auror qui avait voulu s'en prendre à lui, Orfeo prit le reste du combat au sérieux lorsqu'il vit trois de ses ennemis avançaient vers lui, un sourire presque carnassier accrochés aux lèvres. Ne prenant plus la chose à la légère, il para avec aisance les premiers sortilèges qui croisèrent sa route avant d'en renvoyer de plus belles à son tour qui n'eurent que peu d'effets comparé au premier. Le jeune lieutenant fronça les sourcils :

- Obscuro !

Profitant de l'aveuglement passager de ces ennemies, il se hâta de transplaner derrière eux et donna un violent coup de pied à l'homme du milieu qui tomba face contre terre en se brisant le crâne au passage, puis tua simplement la jeune femme à sa droite avant de contrer avec surprise le sortilège que la jeune auror de gauche était parvenu à lui lancer. Orfeo se demanda alors comment une femme qui ne voyait rien pouvait parvenir à viser correctement.

- Endoloris !

Voyant qu'elle parvint à éviter le sortilège, Orfeo résolu de changer de tactique:

- Expelliarmus ! Flipendo !

Etant enfin parvenu à désarmée ainsi que maîtrisé son adversaire, le jeune lieutenant ne tarda pas à achever sa tâche avec un sortilège de la Mort qu'elle ne pu contrer cette fois-ci, à sa plus grande satisfaction. Soupirant bruyamment, Orfeo remonta une main sur son cœur tout en reprenant sa respiration avant de devoir esquiver à nouveau un sortilège dont le combat s'annonçait cette fois-ci, moins sportif:

- Protego, incanta-t-il rapidement avant de lancer un regard noir à son adversaire. Alors petit, on ne sait pas comment utiliser correctement un sortilège de feu ? Laisse-moi t'enseigner..., souffla-t-il avec dureté avant de renvoyer le même sort à l'envoyeur qui prit instantanément feu.



Après quelques combats remporté sans grande difficulté, Annabella vit venir vers elle un nouveau groupe, cette fois-ci plus nombreux qui comptait probablement sur leur nombre pour la mettre à terre. Tout en soupirant, la jeune femme enroula une mèche de ses cheveux autour de son doigts avant de se mordiller brièvement la lèvre inférieur puis d'éclater franchement de rire devant le spectacle:

- Ne me dîtes tout de même pas que vous comptez m'abattre par votre nombre, lâcha-t-elle d'un ton arrogant avant d'arquer un sourcil, en détaillant un à un ses adversaires. Bien... Il va donc me falloir me mettre à votre niveau..., soupira-t-elle avant de ranger sa baguette pour faire apparaître à la place une magnifique épée. Messieurs... Que le jeu commence !

Tandis qu'un des hommes les plus courageux ne perdit pas une seconde en la voyant ranger sa baguette, il lui lança sûr de lui, un incendio que la jeune chef contra avec une facilité déconcertante. Ne levant que la paume de sa main, la flamme s'arrêta devant elle, avant qu'elle le retourne à son envoyeur qui le dévia certes, mais uniquement pour mieux le lancer à un de ses co-équipiers qui n'eut pas la vivacité de l'éviter. Ce fut avec une moue déçue que la jeune femme affronta le regard noir de l'auror qui venait de réduire en cendre son équipier:

- Il n'était pas censé être dans ton camp celui-ci ? Ou bien ne sais-tu pas viser, demanda-t-elle avec un sourire narquois qui se dessinait déjà sur ses lèvres tandis qu'elle contrait un second sortilège avec la même rapidité.

Alors que l'homme en question s'apprêtait à faire appel à un nouveau sortilège, Annabella transplana derrière lui et sans aucune pitié, lui enfonça à travers la colonne vertébral et son buste, la lame glacée de l'épée. L'auror tenta d'agripper la gorge de la jeune femme, mais en vain puisque dès qu'il parvint à poser un doigt sur la carotide de la jeune chef, ce fut encore sans pitié qu'elle lui cassa le poignet dans un craquement sinistre. Tandis que l'auror commença à recracher du sang par la bouche, elle se pencha vers lui:

- Ne t'a-t-on jamais appris à ne pas provoquer plus fort que toi, murmura-t-elle à l'oreille du jeune homme sur un ton doucereux tout en lui retirant l'épée avant de le gratifier d'un coup de pied derrière la tête.

Écoutant avec attention le dernier râle qu'il poussa alors qu'elle retirait déjà sa lame, la jeune femme releva la tête pour faire face à des regards emplis de terreur à son égard, ce qui ne fit que grandir son sourire déjà fortement présent.

- Alors... On commence à douter, lâcha-t-elle d'une voix mesquine avant de contrer cette fois-ci un sortilège de Mort grâce à un second auror qu'elle fit venir à elle grâce à un accio informulé.

Relâchant le corps à présent sans vie, Annabella s'approcha d'un nouvel auror tandis que d'autres préfèrent sauver leur peau en partant mener un combat contre d'autres mangemorts, espérant peut-être au fond, une mort plus douce. Approchant d'un pas prédateur cette fois, la jeune femme dévisagea la femme qui lui faisait face, se demandant si elle était réellement si stupide:

- On est un vaillant cœur à ce que je vois..., lâcha-t-elle en la regardant de haut en bas, le geste accompagné de son épée. Voyons voir ce qu'il contient réellement.

Sur ces mots, la jeune chef des mangemorts engagea un combat contre la dernière restante qui semblait puiser dans ses dernières ressources de courage. Une fois encore, il ne lui fallu que peu de temps avant de la mettre à genoux ayant brisé en deux la baguette de l'auror qui ne pouvait s'empêcher à présent de trembler.

- Ne t'en fais pas, cela sera rapide, déclara la jeune femme avec un sourire carnassier.

A peine eut-elle prononcé ces mots, qu'Annabella plongea la lame dans la poitrine de la jeune femme, créant un trou béant qui arracha quelques gémissements à cette dernière tandis que le regard de la jeune chef demeurait insensible. Retirant la lame, la jeune chef y plongea sans plus attendre sa propre main afin de retirer, sous les yeux de l'auror encore vivante, le cœur de cette dernière qu'elle inspecta avec déception avant de lui tendre sous les yeux:

- Non... Juste pourri, lâcha-t-elle un sourire sadique aux lèvres avant de voir l'auror pousser son dernier soupir puis tomber face contre terre, sans vie tandis que le cœur de cette dernière battait encore dans les mains d'Annabella.

Soupirant à son tour, elle lâcha le cœur par terre avant de constater qu'une fois encore, elle avait du sang plein les mains. Annabella regarda brièvement autour d'elle, et ne put réprimer un sourire en voyant son jeune second s'en tirer avec brio avant de constater le réel massacre qu'il commettait, et après Benjamin osait trouvé à redire sur ses agissements à elle. Secouant la tête légèrement, elle vit justement le jeune homme derrière elle, se mettant dos à lui quelques secondes, elle lança:

- Je pense qu'il y a pire que moi en matière d'horreur, dit-elle en pointant du menton l'explosion sanglante qu'avait crée son second.


_________________

Admin

• Baguette: Roseau et sang de dragon 36 cm. Baguette capable d'utiliser la spiritualité comme une arme, symbole de la victoire dans le chaos. Puissante pour les sortilèges offensifs. •
Revenir en haut Aller en bas
http://nargols.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Lun 23 Juin - 23:10

Déglutissant à grand peine, la jeune femme observait ses troupes continuer à mener leur combat acharné. Du regard, elle chercha les autres et fut surprise en s'apercevant qu'Egone était entièrement recouvert de sang. Inquiète au premier abord, elle remarqua vite que ce n'était pas du sien dont il était imprégné... Entouré de quelques-uns de ses hommes, le bras droit d'Annabella semblait se débrouiller à merveille, transperçant ses ennemis sans la moindre hésitation,parant toujours un peu plus ses mains de pourpre. Un peu plus loin, son regard fut subitement attiré par l'embrasement aussi puissant qu'inattendu d'un Auror qui se mit à courir en tous sens, ne faisant qu'empirer son statut de torche humaine. Alors que le pauvre bougre tombait finalement à genoux, elle ne fut pas étonnée de noter que l'auteur de ce sortilège n'était autre que le lieutenant Webler.

- Toujours fidèle à lui-même..., murmura-t-elle avant de continuer à chercher les deux autres du regard.

Alors qu'elle se retournait enfin, elle vit avec stupeur qu'une troupe entière d'Aurors se dirigeait vers Annabella. Loin de paraître effrayée ou dépassée, la jeune cheffe, bien au contraire, rangea nonchalamment sa baguette avant de s'armer d'une simple épée. Malgré son apparente confiance, Euridice ne pu s'empêcher de s'inquiéter pour elle qui venait tout juste de réchapper d'une attaque en traître de six chefs de section Aurors, aussi s'élança-t-elle sans hésiter dans sa direction. C'est alors qu'elle fut stoppée dans sa route par un puissant sortilège. Expulsée comme un vulgaire pantin, Euridice atterrit violemment sur le sol. Une douleur aiguë irradiant depuis son épaule jusqu'à son bras et étourdie par le choc, elle informula péniblement un protego pour se laisser le temps de reprendre un peu ses repères. La tête lui tournant, elle se redressa bravement, sa baguette dirigée sur son ennemie.

- Sectumsempra ! s'écria-t-elle.

Alors que l'Auror parait son attaque et s'avançait toujours vers elle à grands pas, la jeune femme serra les dents et continua à lancer maintes attaques plus vaines les unes que les autres. Soudain, Euridice fut désarmée par son adversaire, sa baguette roulant plus loin sur les dalles de pierre. La voyant assez proche d'elle, la jeune femme parcouru les quelques mètres qui les séparaient pour lui foncer dessus tête baissée. Tombant toutes deux à la renverse, Euridice en profita pour prendre le dessus sur elle et lui arracher violemment sa baguette des mains. Mais c'était sans compter la rapidité et la ténacité de son adversaire qui lui rendit un bon coup de poing au visage. L'esquivant de moitié, le coup ne l'atteignit qu'au coin de l’œil, près de la tempe. Rageusement, Euridice prit sa tête dans ses mains et l'assomma violemment contre le sol de pierre, avant de se relever à grand peine.

- Accio ! se dépêcha-t-elle d'incanter en rappelant sa baguette. Glacius Diffindo !

Sans plus aucune pitié, la jeune femme figea son adversaire à l'intérieur d'un bloc de glace géant qu'elle fragmenta en plaques aussi fines que tranchantes. Puis, de sa main libre et du bout de sa baguette, elle se mit à les faire filer dans les airs jusqu'à venir transpercer de part en part leurs adversaires. Pour la plupart libérés de leurs ennemis, membres de l'Ordre et Mangemorts se détournèrent rapidement des corps empalés des Aurors pour se mettre à encercler les dernières troupes d'Aurors restantes.



Fixant toujours le regard de son jeune adversaire, Benjamin ne pu réprimer un sentiment de fierté grandissant en se rappelant les déboires de ce jeune élève.

- Tu t'es drôlement amélioré ! dit Benjamin en esquivant un stupefix.

- J'ai été à bonne école, merci, répondit le jeune homme en répliquant davantage.

Parant habilement ses attaques, le jeune Cauderlier serra les mâchoires avant de constater :

- De fameux progrès en effet..., dit-il en essuyant le filet de sang qui s'écoulait de la fine plaie qui venait d'écorcher le haut de sa pommette.

- Oui ! Plus fluide et plus rapide ! rétorqua l'Auror en continuant à gagner du terrain, laissant de moins en moins de marge de manœuvre à Ben.

Déglutissant péniblement, ce dernier voyait arriver le moment fatidique à grands pas. C'est à ce moment précis, qu'il ressentit avec surprise la présence de Bella dans son dos. Cette dernière, visiblement en train de bien s'amuser ne pu s'empêcher de venir plaisanter :

- Je pense qu'il y a pire que moi en matière d'horreur, dit-elle en pointant du menton l'explosion sanglante qu'avait créée son second.

- Eh bien... on dirait bien que l'élève a dépassé le maître, lâcha-t-il ironiquement sans lâcher du regard celui du jeune homme qui ne se gêna pas pour lui rendre un sourire.

Au fur et à mesure que le combat progressait, les forces mentales de Benjamin commençaient à se tarir, lui donnant de moins en moins la possibilité de trouver une autre issue à cette situation épineuse.

- Je ne veux pas te tuer ! lâcha-t-il soudainement. S'il-te-plaît, va-t-en !

Le jeune homme ne répondit rien mais Benjamin pu voir ses mâchoires se contracter violemment d'avant en arrière. Mais cela ne le fit en rien ralentir sa cadence et, bientôt, ils se retrouvèrent un peu trop proches du bord du toit.

- Attention, je ne me répéterai pas, arrête, s'il-te-plaît, demanda à nouveau fermement Benjamin qui essayait tant bien que mal de de le stopper par tous les moyens possibles et imaginables.

Mais force lui fut de constater que sa défense était sans faille alors que lui était déjà las et fatigué. Arrivé sur la corniche, il manqua perdre l'équilibre mais cet incident lui permit bizarrement de prendre un angle inattendu et de désarmer son adversaire. Profitant de ce qu'il voulait la récupérer, Benjamin opta pour le duel à mains nues moldu ! D'un bond il se jeta sur lui et se mit à le rouer de coups. Roulant tous les deux sur le sol comme deux chiffonniers, ils basculèrent soudainement dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Egone Heartfield
Préfet de Gryffondor
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 30/12/2013

Feuille de personnage
Âge du personnage : 17 ans
Caractère du personnage:
Capacité magique: Capable de voir les sombrales

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Mar 24 Juin - 18:03

Egone n'avait aucun mal à voir que les Aurors cherchaient à éviter de se mesurer à lui. Ils craignaient sans aucuns doutes de finir dans ce même état qui était plus douloureux qu'un sort mais aussi plus ragoûtant. Il poussa un soupire. Les ennemis commençaient à se faire beaucoup moins nombreux et quelques détraqueurs commençaient à devenir difficile à maîtriser.
Le Gryffondor accourut vers la cage qui avait été crée un peu plus tôt par des Mangesmorts et des membres de l'Ordre. Il fallait enfermer ces ombres avant qu'elles n'empêchent le futur rapatriement. D'un grand geste de son bras armé du long poignard, il somma aux détraqueurs d'entrer dans cette immense cage. Une masse sombre entra sans broncher mais les détraqueurs étaient loin d'être tous entré, entre ceux qui terminaient d'embrasser l'âme des ennemis agonisant...

Prit d'un mauvais pressentiment, il commença à chercher ses amis et coéquipiers du regard... Lorsqu'il se retrouva projeté violemment à plusieurs mètres de la où il se trouvait. Cette chute raviva les douleurs que le jeune préfet tentait d'oublier. Tout en serrant la mâchoire, il tourna la tête vers la droite, pour récupérer sa baguette qu'il avait lâché un instant après sa chute. Se relevant d'un bond, Egone visa sans aucuns soucis, l'Auror qui l'avait attaqué.

« Feudeymon !» cracha-t-il avec force.

Un immense feu vivant dévora son adversaire avec gloutonnerie. Les flammes ne tardèrent pas à s'attaquer aux corps inertes ou agonisant mais aussi à des Aurors qui tentaient de stopper le feu. Le Mangemort lâcha un léger soupire tout en s'époussetant avant de chercher son poignard qui était a quelques mètres. Il le récupéra sans aucun encombre, ne se souciant plus de l'incendie animé qui continuait de sévir pour le moment. Egone retourna alors près de la cage d'acier où maintenant, tous les détraqueurs s'étaient rangés. D'un mouvement rapide de sa baguette, il referma la prison. Certes c'était moins d'alliés mais c'était aussi moins de futur d'ennemi.

Revenir en haut Aller en bas
Bella Serpe
Admin
avatar

Messages : 642
Date d'inscription : 08/12/2013
Age : 22
Localisation : Poudlard / Manoir Serpe

Feuille de personnage
Âge du personnage : 20 ans.
Caractère du personnage:
Capacité magique: Occlumens & Fourchelang.

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Mar 24 Juin - 19:41

Observant non sans une certaine satisfaction la torche humaine à qui il venait de donner une seconde vie, le jeune lieutenant s'en détourna rapidement, prêt à s'investir dans un nouveau combat. Il releva les yeux vers le milieu du toit qui à présent lui faisait plus penser à une arène qu'à un champ de bataille, avec ces nombreux morts écroulaient au sol avec des plaies qui laissaient présager des morts plus ou moins barbares. Parmi tous ces combats, il distingua la silhouette d'Euridice qui ne présentait aucune difficulté dans ses combats qu'elle menait avec brio. Toutefois, il fut stupéfait de noter avec quel vitesse la jeune femme s'était retrouvé propulsé à terre, dans un état dont il n'arrivait pas à définir.

Le jeune homme commença à partir en sa direction, mais il fut interrompu par une jeune auror qui se posta résolument devant lui, visiblement déterminé à lui faire mordre la poussière. Arquant légèrement un sourcil, il la détailla de la tête au pied avant de lâcher d'un ton narquois, un sourire aux lèvres:

- Vous devriez retourner jouer à la poupée, dans un tel combat votre beau minois pourrait être défiguré.

L'instant d'après, le jeune lieutenant dû esquiver un sortilège parasite que venait de lui lancer la jolie tête blonde, visiblement très énervée par son propos. Son sourire s'élargit davantage, et il ne pu qu'hausser les épaules avant de continuer:

- Je vous aurez prévenu, dit-il avec une fausse pointe de déception dans la voix avant d'envoyer un sortilège qui entailla profondément le visage de la jeune femme, de sa bouche jusqu'en haut de sa tempe.

Tandis que la jeune femme tombait à genoux sous le coup de la douleur mais aussi de la surprise, il en profita pour l'abattre froidement avant de se détourner aussitôt du cadavre qu'il venait de laisser. Orfeo enjamba donc le corps sans vie de la jeune auror, puis accouru jusqu'à parvenir à son but premier. Lorsqu'il arriva enfin aux côtés d'Euridice, il la détailla de la tête aux pieds avec un air soulagé, s'autorisant même un soupir en voyant qu'elle n'était pas gravement blessée.

- Et moi qui pensais mettre débarrasser de toi, lâcha-t-il d'un ton faussement déçu avant d'éclater de rire face à la ténacité dont elle faisait preuve.



Ayant à peine eu le temps d'entendre la réponse de Benjamin, la jeune femme avait aussitôt disparu, repartant dans ses combats tous plus sanglant les un que les autres dont elle prenait un réel plaisir à les commettre voyant la crainte qu'elle inspirait à ses victimes. Alors que certains fuyaient devant son arrivée, d'autres plus téméraires prenaient leur courage à deux mains en engageant un combat qui leur était mortel dès le départ. Lançant des sortilèges toujours plus fatales les un que les autres, Annabella dû en esquiver aussi un bon nombre qu'elle se contentait de simplement renvoyer ailleurs afin d'atteindre rapidement son but, à savoir: un chef de section dont les rumeurs lui avaient rapporté qu'il se targuait de pouvoir la tuer avec aisance. Néanmoins, la jeune femme fut stoppait dans son élan lorsqu'elle vit derrière le chef de section en question, Benjamin basculait dans le vide, accompagné de l'adversaire qu'il avait hésité à combattre.

La réaction de la jeune femme ne tarda pas à suivre, sous le choc de la scène à laquelle elle venait d'assister, Annabella tomba à genoux sans pouvoir détourner les yeux de l'endroit où s'était produit le drame, relâchant à terre sa baguette. Une expression d'horreur prit place sur son visage tandis qu'elle ne pu retenir un hurlement de douleur ainsi que de rage en ne voyant plus le père de son fils dans le combat. Des larmes commencèrent à perler au bord de ses yeux tandis que sa main vint se placer comme au ralenti, sur son cœur.  

Le chef de section n'avait bien sûr, en aucun cas raté cette incroyable occasion et en profita pour se rapprocher d'elle, et d'ainsi en terminer une bonne fois pour toute avec l'ennemi de Ministre. Cependant, c'était sans compter sur la réaction que le choc engendra chez la jeune femme dont le visage se referma presque instantanément, les yeux plus que noirs exprimant une rage inhumaine. Agrippant dans une main sa baguette et dans l'autre l'épée, Annabella se redressa doucement avec de relever vers les aurors qui s'étaient déjà précipité pour l'entourer, un visage marqué par la haine et la vengeance. Ce fut avec une rapidité incroyable et une violence sans précédent qu'elle décima la dizaine d'Auror qui s'étaient approchés de près, les réduisant à la plupart qu'à des simples lambeaux de chairs et d'autres, un vulgaire tas de cendre. Quand au chef de section qui s'était tant vanté, Annabella s'approcha de lui en pointant sa baguette vers son crâne, le faisant reculer, le menant toujours plus près du bord où Benjamin avait chuté. Sans prévenir, elle lui donna un violent coup de pied dans le thorax qui lui fit perdre l'équilibre et ainsi, basculer dans le vide pour s'écraser plus bas contre les roches.

- Va en enfer, cracha-t-elle tandis que l'homme perdait déjà la vie contre les roches saillantes.

Se penchant pour mieux apercevoir son crime, Annabella cru être victime d'hallucination lorsqu'elle vit un peu plus bas, Benjamin qui était parvenu à s'accrocher à la paroi et tenait de justesse dans ce vide effrayant. La jeune femme reprit ses esprits, en lâchant sans hésitation son épée pour empoigner plus fermement sa baguette:

- Egone, hurla-t-elle en espérant que son second serait assez rapide pour venir protéger ses arrières, au cas où un auror aurait voulu profiter de sa faiblesse.

N'ayant pas le temps d'attendre l'arrivée de son second, la jeune femme commença à formuler un sortilège pour ramener Benjamin sur terre ferme, ne supportant pas l'idée de le voir lâcher prise et de le perdre réellement. Quelques instants plus tard, Annabella était parvenu à faire léviter le jeune homme jusqu'en haut, et le déposa un peu plus loin du bord, dans un soupir de soulagement. 

_________________

Admin

• Baguette: Roseau et sang de dragon 36 cm. Baguette capable d'utiliser la spiritualité comme une arme, symbole de la victoire dans le chaos. Puissante pour les sortilèges offensifs. •
Revenir en haut Aller en bas
http://nargols.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Mar 24 Juin - 23:27

Essoufflée, Euridice se pencha en avant pour reprendre son souffle. Les mains sur les hanches, elle se redressa légèrement avant de faire quelques pas pour se calmer et récupérer un semblant de sang froid.
En ce moment, elle remarquait sa tendance à ne plus être aussi efficace et concentrée qu'à l'accoutumée : une constatation qui l'énervait au plus haut point !
Prise en pleine réflexion, elle tapa la dalle de pierre ensanglantée du talon de sa botte avant de voir le lieutenant Webler fondre sur elle. Surprise par cette soudaine attention, elle qui avait plus l'habitude de veiller sur les autres que l'inverse, Euridice recula d'un pas alors qu'il l'examinait de la tête aux pieds.

- Et moi qui pensais mettre débarrasser de toi !

Faisant la moue, la jeune femme pencha la tête sur le côté avant de la remuer de gauche à droite, l'air de ne pas croire à ce qu'elle venait d'entendre.

- Et comment suis-je supposée prendre cette remarque venant de mon propre garde-du-corps, demanda-t-elle ironiquement.

Mais en l'entendant rire elle ne pu que se mordre la lèvre inférieure avant d'éclater de rire à son tour.

- Sache qu'on ne se débarrasse pas aussi facilement de moi que ça ! lâcha-t-elle avant de lui donner une bonne tape dans l'épaule.

Au fond d'elle-même, la jeune cheffe était soulagée d'en voir enfin le bout. Et d'ailleurs, au vu de la couleur du ciel et du grand nombre d'étoiles encore visibles, elle pourrait même bientôt apercevoir les premiers rayons d'un nouveau soleil.



Se sentant brusquement tomber dans le vide, Benjamin ne su par quel miracle il parvint à se raccrocher au mur de la prison. Le souffle coupé lors du choc de son corps avec la paroi, il entendit brièvement ce qui serait le dernier cri du jeune Auror... Des larmes naquirent au bord de ses yeux alors que le bruit sourd que son corps provoqua en heurtant les roches en contrebas vint se répercuter jusqu'à ses oreilles.

- Bon sang, je suis foutu ! A l'aide ! hurla-t-il en espérant ne pas attirer l'attention d'un ennemi qui se contenterait de l'achever.

C'est à cet instant précis que, levant les yeux vers le ciel en le priant d'être clément, il aperçu le visage d'Annabella penché au-dessus de lui.

- Merci seigneur ! lâcha-t-il en ne croyant pas à la chance qu'il venait d'avoir.

Presqu'aussitôt, il sentit une force ensorcelée l'envelopper tout entier. Lâchant lentement prise, il fut instantanément élevé dans les airs jusqu'à être délicatement reposé sur la solide surface du toit. Heureux comme pas deux, il s'agenouilla sur le sol pour l'embrasser. Ce moment de grâce passé, il se releva d'un bond et s'avança à grandes enjambées vers Annabella. Sans s'arrêter et surtout sans la quitter des yeux, Benjamin tendit une main sur le côté pour rappeler sa baguette avant de se jeter sur Annabella, la prendre dans ses bras par la taille et la soulever du sol.

- Vous tombez toujours à pique Mademoiselle Serpe ! lâcha-t-il avant de la reposer pour lui embrasser les deux joues.
Revenir en haut Aller en bas
Egone Heartfield
Préfet de Gryffondor
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 30/12/2013

Feuille de personnage
Âge du personnage : 17 ans
Caractère du personnage:
Capacité magique: Capable de voir les sombrales

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Mer 25 Juin - 20:24

La lame de son poignard, bien que fine et aussi longue que son avant-bras, fendit l'air avant de trancher net la tête d'un Auror. Alors que la tête du pauvre adversaire roulait sur les dalles de pierres du toit tout en arrosant son chemin de sang pourpre, Egone eut une idée macabre afin de terrifier les personnes qui s'occuperaient du nettoyage. Sans aucun état d'âme ni de répugnance vis à vis du sang il attrapa la tête par les cheveux. Tout en observant la tête, il se rendit compte qu'il était couvert de ce liquide pourpre au point que ça ne l'étonnerait pas s'il sonnait au passage d'un détecteur de métaux. Au moment où le mangemort soupira, il entendit l'appel de Bella. Grâce à sa voix, il n'avait eut aucun mal à la retrouver et à transplaner à l'endroit où il devait être, toujours la petite tête horrifiée en main. Alors que le Gryffondor remarqua le sentiment que créait la tête sur ses adversaires, une nouvelle idée naquis. Il balança la tête dans les Aurors et d'un coup de baguette la fit exploser répandant du sang, des morceaux de crâne et de cervelle sur ses ennemis. Ce geste provoqua une sorte de panique, certains se mirent à hurler, atteint psychologiquement par cette attaque.

Cette diversion lui permit de jeter un rapide coup d'oeil vers Bella et voir ce qu'il se passait. Il ne comprenait pas au départ ce qu'elle faisait près du rebord, l'avaient repoussé jusque là ? Impossible. En voyant Benjamain remonter, il comprit et se tourna vers ses adversaires sans dire un mot. Il ne pouvait se permettre de perdre son peu d'énergie restant de manière futile, bien que cela lui faisait toujours plaisir de faire ces quelques remarques.

« Deprimo !» lança-t-il.

Dans un affaissement brutal et violent, les dalles de pierres s'enfoncèrent un ou deux étages en dessous avec une partie des Aurors. Il n'en restait à présent plus que deux.
Revenir en haut Aller en bas
Bella Serpe
Admin
avatar

Messages : 642
Date d'inscription : 08/12/2013
Age : 22
Localisation : Poudlard / Manoir Serpe

Feuille de personnage
Âge du personnage : 20 ans.
Caractère du personnage:
Capacité magique: Occlumens & Fourchelang.

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Jeu 26 Juin - 23:31

Ne pouvant s'empêcher de rire de plus belle face à la réplique mais plus particulièrement la réaction de la jeune femme, il fit semblant de se masser l'épaule avant de laisser échapper avec un grand sourire:

- C'est qu'elle a de la poigne la p'tite dame ! Et c'est ce que je constate, répondit-il en poussant légèrement le menton d'Euridice sur le côté avec son index. Je me demande bien à quoi je sers !

Reprenant son sérieux, le jeune lieutenant détourna automatiquement la tête lorsqu'il entendit sa supérieur hurlait à quelques mètres d'eux, ne comprenant pas pourquoi elle appelait son second en renfort alors que quelques secondes auparavant, elle avait retrouvé toute son énergie. La réponse lui vint à l'esprit lorsque quelques instants plus tard, il la vit employer la magie pour remonter l'auror qu'ils étaient venu secourir tout en notant l'intervention sanglante de son supérieur qui avait fait fuir bon nombre d'auror.

Alors que le jeune second fit une fois encore un trou béant dans le toit ressemblant plus à un fromage qu'autre chose, il s'approcha à grand pas, accompagné des autres mangemorts pour encercler les deux aurors restants.


Tandis que la jeune chef s'attelait à garder sa concentration envers Benjamin, elle sentit derrière elle la présence de son second qui, au cri qu'elle pu entendre, faisait régner la terreur parmi les rangs adverse. Tout en relevant légèrement les yeux au ciel, Annabella attendit que l'ex auror soit sur la terre ferme pour se tournait vers Egone avant d'apercevoir ce que le jeune mangemort avait inventé comme pratique de dissuasion.

S'apprêtant à aller féliciter son second pour cette méthode plus que créative, la jeune femme fut stoppé en voyant Benjamin avancer vers elle, ne tardant pas à se sentir soulevé du sol pour se retrouver dans les bras de ce dernier. Légèrement surprise par sa réaction, elle le fut encore plus en sentant les lèvres du jeune homme se posait sur sa joue alors qu'il la reposait délicatement au sol. Inclinant légèrement la tête, un sourire gêné étira les lèvres de la jeune chef:

- Que veux-tu, chaque princesse se doit d'avoir son prince charmant, non ? Demanda-t-elle sur un ton qui laissait deviner qu'elle avait sa propre réponse. Je t'ai vu tombé, ajouta-t-elle alors que son sourire s'estompait déjà.

Annabella se mordit la lèvre inférieur sentant les larmes remonter au souvenir de sa chute, puis elle posa sa paume de main sur le torse du jeune homme pour ensuite s'approcher lentement, et déposer à son tour un baiser sur sa joue. Détournant son regard de celui de Benjamin, elle nota la présence des deux aurors qui tremblaient encerclé par ses hommes, mais également ceux d'Euridice à ce qu'elle pouvait remarquer. La jeune chef se détourna complètement du père de son enfant puis fit quelques pas afin d'entrer dans le cercle formé jusqu'à s'arrêter devant les deux adversaires qui lui semblait un brin trop jeune pour être déjà dans un ordre.

Néanmoins, en dépit de leur jeunesse, la jeune femme ne montrerait aucune clémence. Elle n'eut nul besoin de sortir sa baguette, ces deux aurors étaient déjà bien trop apeuré par sa simple vue et elle comptait bien profiter de leur crainte pour délier leur langue de gré ou de force:

- Alors, lequel aura la joie immense d'appeler sa chef et bénéficier ainsi d'une mort rapide et non douloureuse ? Demanda-t-elle d'un ton froid et dur, ne lâchant en aucun cas les deux hommes des yeux.

- Tu peux toujours aller en enfer, répondit le plus âgé et sans doute le plus endurci.

Les mâchoires de la jeune chef se contractèrent sous la réponse cinglante de l'auror qui n'avait pas tardé à fuser, refusant catégoriquement d'accéder à sa requête, du moins pour le moment. Contrariée, la réponse d'Annabella ne mit pas non plus longtemps à tomber, elle lui asséna une gifle qui s’abattit avec violence sur la joue de l'auror qui rougit sous le coup. Reprenant contenance, la jeune chef expira tout en remettant une mèche de cheveux en place avant de poursuivre:

- Appelle-là, où je te ferais avaler ta langue pour cet affront, répliqua-t-elle doucereusement tout en penchant le buste pour être à la hauteur de son ennemi.

Cette fois-ci, ne préférant pas utiliser sa salive inutilement, le jeune homme lui répondit de la manière la plus irrespectueuse qui soit en lui crachant au visage devant tous ses mangemorts. Annabella se releva lentement, sentant déjà la rage montait en elle tandis que l'homme continuait de la défiait du regard. Ces mains se joignirent à l'action de ses mâchoires, étant tout deux contractaient au point que les ongles de la jeune femme entaillèrent sa peau, laissant le sang perler.

- Tu vas crever sale chien ! Quand j'en aurais fini avec toi, même les corbeaux ne voudront pas de ta dépouille, hurla-t-elle avec rage.

Ce fut dans une colère noir, qu'Annabella se jeta sur l'auror, le faisant tomber à la renverse. Assise sur lui, la jeune femme entreprit de l'étrangler tout en lui fracassant le crâne sur le sol tandis que ce dernier, tentait d'implorer la clémence de ses anciens compagnons Euridice et Benjamin, en espérant qu'ils l'aideraient à se défaire de cette folle.  

_________________

Admin

• Baguette: Roseau et sang de dragon 36 cm. Baguette capable d'utiliser la spiritualité comme une arme, symbole de la victoire dans le chaos. Puissante pour les sortilèges offensifs. •
Revenir en haut Aller en bas
http://nargols.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Ven 27 Juin - 23:41

Lorsqu'Euridice vit le jeune homme faire mine de se frotter l'épaule, elle leva les yeux au ciel avant d'éclater de rire.

- Mais c'est qu'il se fiche de moi ma parole ! murmura-t-elle en feignant d'être vexée avant de lui adresser un grand sourire provocateur. Oui, on se le demanderait bien en effet !

Soudain, un cri détourna son attention. Elle se rendit compte avec surprise et même une pointe d'angoisse qu'Annabella réclamait l'aide d'Egone d'urgence. C'est alors qu'elle aperçu une silhouette s'élever. Les yeux écarquillés, Euridice porta une main à sa bouche en se rendant compte qu'elle était en train de remonter le corps de Benjamin sur le toit. Un sentiment de culpabilité se mit à faire surface lorsqu'elle se rendit compte qu'elle ne l'avait même pas vu tomber. Une pensée qui s'estompa rapidement lorsqu'elle aperçu Egone accourir auprès d'Annabella, une tête d'Auror décapitée pendouillant nonchalamment entre ses doigts ensanglantés. Ce dernier s'empressa de barrer la route des Aurors qui s'approchaient déjà d'eux. Le sol trembla et elle vit avec horreur des hommes et des femmes tomber sans pouvoir se raccrocher à quoi que ce soit. Leurs derniers cris résonnèrent à l'intérieur de sa cage thoracique se joignant aux incontrôlables battements de son cœur.

- Mais quelle boucherie..., souffla-t-elle en remuant la tête de gauche à droite.

C'est alors qu'elle vit ses hommes et ceux d'Annabella, sous la gouverne de Webler former un cercle. Ne voyant rien de là où elle se trouvait, la jeune femme se rapprocha, se créant un passage au milieu de la masse humaine. C'est alors qu'elle entendit qu'on l'appelait à l'aide. Ne comprenant pas tout de suite ce qu'il se passait, la jeune femme se précipita vers la source de l'appel. C'est alors qu'elle aperçu Annabella massacrer de ses propres mains un jeune Auror qu'elle avait aidé dans sa formation.



Étreignant toujours la jeune femme, Benjamin la laissa s'écarter quelque peu de lui.

- Que veux-tu, chaque princesse se doit d'avoir son prince charmant, non ? demanda-t-elle sur un ton qui laissait deviner qu'elle avait sa propre réponse. Je t'ai vu tombé, ajouta-t-elle alors que son sourire s'estompait déjà.

Un demi-sourire apparu sur son visage qui finit par s'élargir doucement, éclairant son visage, alors qu'Annabella l'embrassait à son tour.

C'est alors qu'il fut surpris par une secousse brutale qui fit vibrer le sol sous ses pieds. Le jeune bras droit d'Annabella venait de faire s'effondrer tout un pan du toit devant lui, entraînant dans sa chute le sort funeste de plusieurs de leurs ennemis.

Plissant les yeux, il remarqua que deux d'entre eux semblaient avoir miraculeusement survécus. Mais voyant leurs troupes s'en approcher pour les encercler, il se demanda pour combien de temps seulement. Voyant que tout le monde s'en approchait, Benjamin suivit le mouvement. De là où il était il n'entendait pas vraiment ce qui se disait mais il pu voir l'un des Aurors craché au visage d'Annabella. Alors que cette dernière se jetait sur lui pour lui faire payer cet affront, Benjamin entendit le jeune Auror hurler son prénom. Poussant les hommes qui se tenaient devant lui, il se créa un passage rapidement avant de se précipiter sur Annabella pour l'empêcher de terminer le travail.

- Bella... s'il te plaît... arrête, demanda-t-il doucement en l'attrapant par la taille pour la tirer en arrière.


Alors que Benjamin éloignait Annabella du jeune Auror, Euridice hésita quelques secondes, mais lorsqu'elle le vit tourner son visage larmoyant et ensanglanté vers elle, elle se dit que personne ne méritait pareil traitement et se décida à s'occuper de lui. S'agenouillant prestement auprès de lui, elle posa doucement sa tête sur ses genoux avant de lui donner les premiers soins.


Dernière édition par Euridice McMillian le Jeu 3 Juil - 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Egone Heartfield
Préfet de Gryffondor
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 30/12/2013

Feuille de personnage
Âge du personnage : 17 ans
Caractère du personnage:
Capacité magique: Capable de voir les sombrales

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Sam 28 Juin - 10:00

Lorsque le cercle se forma, Egone était toujours là, visant les deux jeunes Aurors de sa baguette. Ce cercle le surprit quelque peu, mais cela confirma qu'il ne restait plus que ces deux-là. Il comptait bien sur les exécuter tout simplement. C'était la meilleure des choses, non ? Alors que le préfet s'apprêtait à le faire de manière la plus sobre contrairement à ce qu'il avait fait durant cette nuit, Bella apparut dans ce cercle humain, avec une idée visiblement. Qui après quelques secondes de réflexions lui paraissait plutôt bonne. Egone rangea alors son poignard qu'il tenait dans l'autre main tout en gardant sa baguette.

« Expelliarmus ! » lança-t-il pour récupérer les baguettes des deux soldats sans aucune difficulté. Certes ils étaient trop effrayés pour agir mais il valait mieux assurer le coup si jamais une idée saugrenue leur venait à l'esprit. Le Gryffondor les rangea dans ses poches. Ah... D'un coup, il pensa à en faire une collection c'était beaucoup plus utile que les briser.

Bon, la première réponse de l'Auror n'était pas vraiment surprenant, après tout s'était un jeune qui se croyait tout permis et qu'en tenant tête à Bella, il pensait surement avoir sa clémence. Mais la deuxième fit froncer les sourcils à Egone. Il ne bougea pas d'un pouce quand sa supérieur se jeta sur l'Auror mais il n'apprécia pas du tout lorsque Benjamin attrapa Bella par la taille et qu'Euridice commença à soigner le jeune malpoli. Le mangemort avança et broya la main du jeune homme avec la semelle de sa botte en cuir marron sans état d'âme, lorsqu'il trouva cela suffisant, il posa son pied avec violence sur le torse de l'Auror afin qu'il retombe violemment sur le sol poisseux. Egone se pencha, le bras sur le genou. Il tourna la tête vers Euridice.

« Je te déconseille d'intervenir.» annonça-t-il d'une voix froide et dure.

Il reposa ensuite son regard sur l'Auror tout en appuyant un peu plus sur son torse afin qu'il suffoque un peu. Si l'on regardait bien le visage du préfet, une moue faussement ennuyée était visible.

« Bon, je vois qu'on ne t'a pas appris les bonnes manières... Qu'est-ce qu'on dit quand on fait des bêtises ?» demanda Egone.
Le soldat le fixa, apeuré. Le Gryffondor lâcha un claquement de langue mécontent.

« Faux !»
Et sur ces mots, il lui asséna un violent coup de poing en plein nez, lui éclatant sous la force du préfet. L'Auror se mit à sangloter tout en s'excusant. Le mangemort soupira, d'autant plus ennuyé. Il était beaucoup moins arrogant ou téméraire pour oser lui répondre ou se débattre.

« Pardonnez-moi qui ? Ce n'est pas sur moi que tu as craché.» rappela-t-il.

« Pardonnez-moi madame la mangemort !»
Egone se releva. Il sortit la baguette de l'Auror qu'il avait récupérer plus tôt et jeta un sectumsempra, le taillant de toute part, quelle douleur de se faire mortellement blesser par sa propre baguette... Bien sur, le Gryffondor avait veillé à ce qu'Euridice ne soit pas touché elle aussi par cette attaque. Il s'étira et rangea la baguette dans sa poche pour récupérer la sienne.

« On n'a pas besoin de deux personnes pour appeler quelqu'un et tu as perdu ta chance, déclara Egone alors que le jeune homme agonisait en pleurant. Le premier qui intervient, je lui fais subir le même sort.»
Le Gryffondor se tourna vers le second Auror qui était droit comme un piquet, au garde-à-vous. Il ne voulait probablement pas subir le même sort, une tête fracassé, le nez et la main brisé puis finir agonisant en se vidant de son sang, c'est vrai que cela pouvait être douloureux et pas très joyeux. Il soupira une nouvelle fois puis se tourna vers Bella et Benjamin après avoir regarder l'Auror pousser son dernier souffle.

« Pardonnez moi, c'était plus fort que moi.» déclara Egone avec un sourire presque angélique qu'il avait appris en jouant des pièces de théâtre mais malheureusement, ça ne collait pas du tout avec le sang dont il était couvert et n'avait aucune honte à avoir sur lui...
Revenir en haut Aller en bas
Bella Serpe
Admin
avatar

Messages : 642
Date d'inscription : 08/12/2013
Age : 22
Localisation : Poudlard / Manoir Serpe

Feuille de personnage
Âge du personnage : 20 ans.
Caractère du personnage:
Capacité magique: Occlumens & Fourchelang.

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Jeu 3 Juil - 15:58

Tenant toujours fermement la tête de l'auror entre ses deux mains, Annabella s'acharnait à lui briser le crâne contre les dalles poisseuses jusqu'à voir le sang s'écoulait en masse de derrière son crâne, toujours engluée dans la rage qu'il lui avait inspiré. On aurait pu croire que voyant l'effet escompté, la jeune chef aurait cessé son acharnement, et aurait laissé le jeune auror mourir de ses blessures. Mais tout au contraire, elle n'en fit rien, menant le jeune homme toujours plus près de la mort:

- Alors, toujours envie de me cracher dessus ! Hurla-t-elle alors qu'elle entreprenait à présent de l'achever en l'étranglant.

Soudainement, la jeune femme ne sentit plus son ennemi sous elle alors qu'elle était assise sur lui quelques instants plus tôt. Elle sentit qu'on l'enlaçait au niveau de sa taille, la remontant lentement en position verticale, s'éloignant alors involontairement de l'auror a qui elle comptait bien faire payer très cher son affront. Un grognement de rage fut émis par Annabella lorsqu'elle tourna le visage vers celui qui l'avait empêcher d'assouvir sa vengeance, et qu'elle reconnu l'ancien auror Benjamin:

- Lâche-moi ! Tout de suite ! LÂCHE MOIIII ! JE TE JURE QUE JE VAIS TE TUER SI TU NE ME LÂCHE PAS IMMÉDIATEMENT ! JE VAIS T'ARRACHER LES YEUX ET ENSUITE JE TE LES FERAIS MANGER ! LÂCHE MOI !

Tandis qu'elle proférait ses menaces contre le père de son enfant, Annabella se débattait dans tous les sens afin de s'échapper de la poigne de ce dernier et d'enfin partir achever son oeuvre. Néanmoins, tous les coups donnaient partaient toujours dans le vide et physiquement, la jeune femme savait qu'elle n'avait pas grande chance contre lui. Hurlant toujours de rage contre l'auror à qui elle jurait une mort plus atroce que Satan même aurait pu lui infliger, elle vit Euridice s'avançait pour soigner l'effronté. La jeune chef allait hurler de plus belle tout en redoublant d'effort pour frapper celui qui la retenait, lorsqu'elle nota soudainement l'intervention de son second qui prenait sa défense. Un sourire sadique élargit les lèvres de la jeune femme tandis qu'elle tournait son regard vers celui de Benjamin, se calmant momentanément:

- Je ne suis pas certaine que tu ais échangé un mal pour un bien, lâcha-t-elle narquoisement avant de d'incanter un sortilège qui eut pour effet de donner une décharge électrique au jeune homme qui fut forcé de la lâcher.

Parvenant enfin à se libérer de l'emprise de Benjamin, ce fut fièrement qu'elle rejoignit son second avant de le remercier d'un geste de la tête puis d'aller derrière l'auror, l'agrippant brutalement par la racine de ses cheveux. Lançant un coup d’œil à Egone, la jeune chef prit la parole:

- Et si nous renvoyons celui-ci à Kendra..., dit-elle d'une voix doucereuse, sachant déjà comment elle allait lui ôter la vie.

_________________

Admin

• Baguette: Roseau et sang de dragon 36 cm. Baguette capable d'utiliser la spiritualité comme une arme, symbole de la victoire dans le chaos. Puissante pour les sortilèges offensifs. •
Revenir en haut Aller en bas
http://nargols.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Jeu 3 Juil - 21:42

Écarquillant les yeux face au ton employé par Egone, la jeune femme resta coite durant quelques secondes, incapable de répliquer. Mais face à la cruauté inutile et totalement gratuite qui se déroulait sous ses yeux, Euridice n'y tint plus.

- Ça suffit ! hurla-t-elle en se dressant de toute sa stature pour se placer entre Egone et le jeune homme. On en a assez fait ! Le but n'était pas de faire un massacre mais de sauver l'un des nôtres ! cria-t-elle afin de se faire entendre de tous.

Alors qu'elle lui tournait le dos, la jeune femme fut saisie d'un intense frisson en entendant le dernier râle s'échapper du corps de l'Auror. Lentement, elle tourna la tête de côté pour lui jeter un dernier regard.

* Mais quel gâchis... *



Serrant fermement la jeune femme, Benjamin la souleva du sol en espérant arriver à la contrôler mais il fut bien forcé d'admettre que cela ne faisait qu'empirer son comportement hystérique. Alors qu'elle se mettait à hurler, Benjamin fut témoin du sort funeste que le jeune bras droit d'Annabella servit à sa victime. Un énième acte macabre qui trouva pourtant son écho dans le contentement jouissif dont la jeune femme semblait envahie. Un frisson de dégoût lui parcouru l'échine. Il savait que la guerre n'était pas chose agréable et que quantité de sang innocent ne pourrait être épargné mais l'idée que cela puisse réjouir le cœur d'Annabella le révulsait. Alors qu'il s'apprêtait à ouvrir la bouche, il fut surpris par une décharge électrique qui le fit lâcher prise. Laissant s'échapper la jeune femme, cette dernière n'attendit pas pour se diriger auprès du prisonnier. Benjamin lança un regard inquiet à Euridice. Lui-même savait que ce qui était en train de se passer risquait de déraper.

- Nous sommes tous à bout, la nuit a été longue pour tout le monde, rentrons...
Revenir en haut Aller en bas
Egone Heartfield
Préfet de Gryffondor
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 30/12/2013

Feuille de personnage
Âge du personnage : 17 ans
Caractère du personnage:
Capacité magique: Capable de voir les sombrales

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Jeu 3 Juil - 23:12

Egone fronça légèrement les sourcils face à la remarque d'Euridice mais resta silencieux avec un large sourire narquois en entendant le dernier soupire de l'Auror, que la jeune femme découvrit avec, probablement, un certain désarroi. Ce soupire remplaça sans aucun problème une quelconque réplique du mangemort avec plus de piquant qu'il n'aurait pus le faire... Il se tourna ensuite vers Benjamin qui semblait être prit de douleur et nota la libération de sa supérieur qui s'avança aussitôt vers le second Auror pour l’agripper par les cheveux, rejetant probablement sa rage sur lui. Egone n'y voyait aucun inconvénient. Il n'avait toujours pas digéré l'attaque qu'il avait encaissé et qui lui faisait mal sans avoir pus faire payé au responsable de manière correct.

Brusquement, le préfet entendit à sort. D'une personne qu'il aurait préféré ne pas connaître, Annabella fut touché de plein fouet. Egone se retourna vers les membres de l'Ordre qui récupéraient le prisonnier, tout en dégainant une nouvelle baguette afin de se protéger au cas où Euridice ou Benjamin tentaient quoi que ce soit.

« Euridice, je t'apprécie, mais malheureusement, prendre mes hommes et ceux d'Annabella en joue et essayé de récupérer notre prisonnier ne me plait pas. Je n'aurais aucun remord à faire exploser tes hommes avec cet Aurors s'ils ne s'arrêtent pas tout de suite. » déclara-t-il tout en jetant des regards successif sur ces deux cibles.
Puis il abaissa finalement la baguette qui visait la cheffe de l'ordre, n'y voyant aucune utilité car il avait un point de pression qui l'empêchait d'attaquer. Il poussa alors un long soupire, sentant qu'il devait s'expliquer, ne prêtant pas attention à la remarque de Benjamin qui l'irritait à ce moment.

« Si jamais l'un d'entre vous à un quelconque doute sur l'innocence de ces hommes, je peux vous affirmer qu'une fois quelqu'un vous vise avec une baguette, il n'est plus innocent que nous qui venons chercher TON équipier au péril de nos vies... »

Egone s'arrêta brusquement, sa respiration devenait courte et ses côtes, qu'ils pensaient réparé semblaient plus douloureux. D'un seule coup, il eut la sensation de se noyer. Il commença à s'étouffer et recracher du sang. Ces foutues côtes avaient dû lui percé un poumon...
Le mangemort retomba sur ses genoux, cherchant sa respiration sans le pouvoir. Malheureusement, sans air ni oxygène dans le corps, il ne pouvait plus rien... Doucement, il commençait à voir flou, puis s'écroula subitement.


Hs. Voilà. Je n'avais pas le courage de recommencer suite au poste d'Euridice et rajouté un petit quelque chose à ma sauce, je ne sais pas si vous souhaitez continuer ou pas au final, du coup si un jour l'envie vous prend, sauvez Egone. Je vous tire mon chapeau pour vos rp, je reviendrais quand il y aura une suite ~
Revenir en haut Aller en bas
Bella Serpe
Admin
avatar

Messages : 642
Date d'inscription : 08/12/2013
Age : 22
Localisation : Poudlard / Manoir Serpe

Feuille de personnage
Âge du personnage : 20 ans.
Caractère du personnage:
Capacité magique: Occlumens & Fourchelang.

MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   Mar 8 Juil - 21:07

Ne ratant en aucun cas la scène qui se déroulait sous ses yeux, il savait très bien qu'Annabella ne laisserait jamais cet acte impuni, aussi ne fut-il pas réellement surpris lorsqu'il l'avait vu se jeter sur l'homme. Uniquement Benjamin retint son attention, jamais personne n'avait encore osé s'opposer ouvertement à elle, et l'acte du jeune homme relevait selon lui, de l'exploit. Ce fut sans grand investissement qu'il suivit la suite des événements logique: Egone qui prenait parti pour leur supérieur, Euridice qui s'interposa...

C'est sur cette dernière pensée qu'il écarquilla. Euridice qui s'opposait à Egone ? Avait-elle totalement perdue l'esprit ?! Le jeune lieutenant s'apprêtait à prendre parti histoire de calmer l'esprit de son supérieur mais n'en eut pas le temps, entendant déjà la réplique de l'ex-auror. Orfeo se contenta donc de s'approcher un peu plus près au cas où un combat entre les deux partis devraient s'engager, même si au fond de lui, le jeune homme espérait ne pas avoir à choisir entre Egone ou Annabella, sachant que tout deux avaient la particularité d'être tordu lorsqu'ils punissaient.


La jeune femme attendait la réponse de son second, elle se demandait si au fond, Kendrä en avait quelque chose à faire de ses troupes ou si pour elle, ces hommes ne représentaient que de la chair à canon. Alors qu'elle ne lâchait pas Egone du regard, inclinant la tête légèrement, elle la releva presque aussitôt en entendant le haussement de ton de la jeune chef de l'Ordre qui s'énervait visiblement contre elle, encore une fois. Arquant un sourcil en détournant le visage vers la principale intéressée, Annabella relâcha sa prise sur l'homme qui tomba au sol, probablement trop soulagée de ne rien subir:

- Parfait, dit-elle simplement sur un ton détachée. De toute manière, il ne m'ait d'aucune utilité.

Abandonnant toutes idées sadiques qui se profilaient dans son esprit depuis le début, la jeune chef des Mangemorts contourna le corps encore tremblant de l'auror avant de passer devant son second avec qui elle échangea un regard entendu: il était temps de rentrer au Manoir. Écoutant avec une semi-attention la remarque de Benjamin, la jeune femme retint péniblement un soupir avant de tourner le regard vers lui mais n'eut pas l'envie de lui servir une des ces répliques piquantes, trop exténuée pour mettre en route sa répartie.

- Vous avez entendu, lâcha-t-elle à l'adresse de ses mangemorts avant de faire un simple geste de la main qui leur intimait de disparaître au Manoir.

Cependant, alors que la jeune chef allait elle-même suivre le mouvement ordonné à ses hommes quelques secondes plus tôt, elle fut stoppé dans son action en voyant son second tombé sur ses genoux tandis qu'il recrachait par la même occasion son sang. Annabella eut à peine le temps de se mettre à son tour à genoux, et de retenir la tête d'Egone avant qu'elle ne se cogne contre les dalles froides et poisseuses, lui soulevant délicatement afin de le sang n'obstrue pas sa trachée. Fronçant les sourcils, la jeune chef n'eut pas besoin de réfléchir trop longtemps pour savoir que des blessures internes avaient eut des effets indésirables sur le jeune homme.

Attrapant d'une main sa baguette, elle plaça la tête d'Egone sur ses genoux avant de pointer sa baguette en direction de la bouche du jeune préfet:

- Anapneo, incanta-t-elle sèchement.

L'effet du sort fut immédiat, le sang s'étant répandu dans les poumons du jeune second fut instantanément extirpé si bien que la jeune chef fut forcé de tourner la tête lorsqu'elle sentit un liquide chaud lui exploser à la figure. Tout en se mordant les lèvres, Annabella lâcha un long soupir, puis releva ses cheveux en un chignon qu'elle garda attachée grâce à sa seconde main. Une fois certaine que tout le sang n'empêchait plus Egone de pouvoir respirer, la jeune femme se pencha au dessus de lui et entreprit de lui rendre le souffle qu'il avait perdu.

- Allez... Respire, tu ne vas quand même pas me laisser mettre une raclée à Kendrä toute seule, maugréa-t-elle avant de continuer à faire du bouche à bouche au jeune homme...

_________________

Admin

• Baguette: Roseau et sang de dragon 36 cm. Baguette capable d'utiliser la spiritualité comme une arme, symbole de la victoire dans le chaos. Puissante pour les sortilèges offensifs. •
Revenir en haut Aller en bas
http://nargols.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trahison et désillusion.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trahison et désillusion.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» La désillusion a un gout de trahison
» Un trahison qui n'a jamais éxister
» [Trahison] - Fayom 27-05-1459 [coupable]
» Trahison : extrait en exclusivité
» Fidélité ou trahison [Az']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nargols :: Ministère de la Magie-
Sauter vers: